On a testé le Bouillon Chartier Montparnasse !

capture-de28099ecc81cran-2019-03-06-acc80-11.04.00.png

Un retour dans les années 1900

Tout le monde connaît le Bouillon Chartier de la rue du Faubourg Montmartre, une institution parisienne depuis 1896 où tout le monde afflue, touristes comme Parisiens. Découvrez désormais son petit frère, le Bouillon Chartier Montparnasse, créé en 1903, mais qui retrouve ses couleurs d’autrefois. Nous l’avons testé pour vous.

Petit cours d’histoire. Les frères Chartier, Camille et Frédéric, ont décidé, à la fin des années 1890, d’adapter le concept du bouillon (restaurant où l’on ne sert que du bouillon) et d’en faire un véritable repas à petit prix. C’est ainsi que naît le Bouillon Chartier du 9e arrondissement qui ne désemplit jamais et qui fut popularisé par le film Garçon ! avec Yves Montand. Les serveurs endimanchés et pressés, l’addition écrite à même la nappe en papier et calculée de tête, la possibilité de déjeuner ou dîner avec des voisins imprévus, une carte qui change régulièrement, un décor historique (d’ailleurs inscrit au répertoire des Monuments Historiques depuis 1989)… La recette fait mouche et attire le chaland affamé. On y vient non seulement pour se sustenter, mais aussi pour l’ambiance virevoltante, les garçons affairés qui semblent courir en permanence pour vous servir aussi rapidement que possible. C’est que la file d’attente est longue pour pouvoir s’attabler et tout doit aller vite, très vite.

En 1903, les frères Chartier lui créent un petit frère, boulevard du Montparnasse, mais cette fois-ci, dans un décor Art Nouveau (également inscrit au répertoire des Monuments Historiques en 1984). Au fil des années, l’établissement est vendu et revendu et change régulièrement de nom : Bouillon Rougeot en 1924, Bistrot de la Gare en 1977, Montparnasse 1900 en 2003, pour reprendre enfin, son nom d’origine, depuis le mois de février 2019. Le Bouillon Chartier Montparnasse est donc de retour, plus d’un siècle après sa création, dans son esprit Art Nouveau et sa tradition d’origine : un repas à prix modique dans un cadre exceptionnel. Et il faut dire que la formule marche, tant les clients affluent, autant que dans celui de son grand frère du 9e.

Nous étions trois, émerveillés par le décor hors du temps, avec ses céramiques, son plafond chamarré, ses miroirs boisés, son carrelage d’antan. On retrouve la fameuse carte du jour en papier, comme dans le Chartier des Grands Boulevards, avec la même typographie, les mêmes plats, les mêmes prix. Des entrées à partir d’un euro, des plats qui commencent à 8,60 euros ou des desserts à moins de 5 euros. Et la carte des vins est à l’avenant.

 

Pour les entrées, nous avons jeté notre dévolu sur un filet de hareng pommes à l’huile (3,80 euros), une terrine de campagne Maison (3,50 euros) et une salade frisée aux lardons (4 euros). Les serveurs tourbillonnent entre les tables, le service est rapide, même si l’on sent les garçons un peu stressés : l’établissement n’est ouvert que depuis un mois, il faut prendre ses marques et ce soir-là, il n’y a que trois personnes en cuisine. On dirait pourtant qu’ils sont une dizaine, tant les plats sont servis sans temps mort. Le hareng fut succulent, la terrine bien trop copieuse pour être terminée et la salade, délicatement assaisonnée. Seul regret, quelques lardons un peu carbonisés.

 

Pour les plats principaux, nous avons choisi un pavé de rumsteak sauce au poivre et servi avec des frites (11,60 euros), un confit de canard et ses pommes grenailles (10,60 euros) et une andouillette grillée sauce moutarde (11,70 euros). Là encore, service rapide, malgré l’affluence et des produits en rapport niveau qualité-prix. Petite remarque, des pommes grenaille un peu trop gorgées d’huile.

Pour le dessert, tout le monde s’est précipité sur la fameuse profiterole Chartier (4,20 euros), copieusement nappée de chocolat chaud.

Au final, un lieu emblématique qui vaut principalement pour son ambiance comme nulle autre pareille, dépaysante même quand on vit à Paris, tant on a l’impression, l’espace d’un repas, de revenir un siècle en arrière. Bouillon Chartier Montparnasse n’a pas fini de faire les beaux jours du quartier !

Bouillon Chartier Montparnasse
59 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris


01 45 49 19 00

Tous les jours, de 11h30 à minuit.

Publié par

Journaliste de formation et amoureux de Paris, J’ai écrit pour différentes publications à gros tirage (Questions de femmes, Le Républicain Lorrain, Carrefour savoirs, Aux petits oignons…) et pour des sites culturels (Evene.fr, Grand-Ecart.fr…). Pour Fille de Paname, je rédige articles et interviews essentiellement dirigés vers la culture. julien@filledepaname.com

Un commentaire sur « On a testé le Bouillon Chartier Montparnasse ! »

  1. Bonjour, je découvre votre blog et déjà je le dévore ! Rarement j’ai eu aussi envie de découvrir des endroits, des spectacles, des pépites au coin de ma rue ! Vous avez une belle plume, on se plonge dans vos écrits. Merci pour vos articles, vos partages :)

Laisser un commentaire Annuler la réponse.