Site icon FILLE DE PANAME

LE PARIS DE L’OISEAU JOLI, ACCORDÉONISTE CHEZ MADAME ARTHUR

Capture d’écran (80)
Crédit photo Sarah Farid

Aujourd’hui dans Paname et Moi, l’interview du bel accordéoniste nommé Oiseau Joli. Il envoûte nos oreilles avec et le voir se livrer nous enchante. Voici son Paris.

Depuis quand êtes-vous à Paris ?

Je suis arrivé à Paris, il y a 20 ans. A l’époque c’était pour intégrer mon premier poste de prof de musique en collège ! J’habitais avant en Alsace, où j’ai fait mes études de musique.

Votre premier souvenir à Paris ?

Mes premiers souvenirs remontent à mes 11 ou 12 ans. Première fois où je pose les pieds « à la capitale » ! Originaire de Rougegoutte, un petit village dans les montagnes en Franche-comté, j’ai toujours rêvé de cette grande ville qui me faisait rêver. J’ai eu l’occasion d’y aller souvent, adolescent, accompagné de mon père, car j’y passais des concours d’accordéon, à la mairie du 10ème. Mon tout premier souvenir est donc emprunt de sensations : d’abord une énorme boule de stress dans le ventre à l’approche du concours, mais plus que tout, l’odeur de Paris. L’odeur de la Gare de l’Est et surtout celle du métro. Et puis évidemment, la première fois où mon père m’a fait sortir de la station Trocadéro et qu’il m’a dit, lève les yeux, regarde là haut… Et au dessus des toits, j’ai découvert la pointe de la Tour Eiffel. J’ai pleuré ! Un moment inoubliable pour moi. (Au final, je la trouvais plus petite que dans mon imagination).

Paris vous le / la définiriez comment ?

Un cœur qui bat fort et vite, parfois trop vite…

Quel est votre ou quels sont vos endroit(s) favori(s) à Paris ?

Tout ce qui est chlorophyllé :  les jardins, les parcs, les bois, mais aussi les terrasses de café. Mes endroits favoris sont toujours ceux que je ne connais pas encore et que je découvre au fil des balades. Paris est une éternelle découverte. Un passage secret, un vieux portail sculpté en bois, une façade follement colorée, une gargouille curieuse, une petite place, un restaurant, une fontaine, avec un élégant marronnier aux senteurs excitantes…

Quel est votre musée favori ?

J’adore le Musée d’Orsay, ses impressionnistes, son horloge et sa vue sur les Tuileries…Je suis amoureux du Musée Rodin et de son jardin aux roses…Émerveillé par le Musée des Arts ForainsDétendu au Jardin Zen du Panthéon Bouddhique, à côté du Musée Guimet dans le 16ème. Et puis toujours enchanté au Jardin d’Acclimatation et par la Fondation Louis Vuitton, son architecture, ses expos, la vue sur la canopée du Bois de Boulogne…

Un restaurant fétiche ?

Un excellent burger au Ruisseau dans le 18ème.

Une boutique fétiche ?

La caverne d’Alibaba des pierres précieuses : Minerales do Brasil dans le 8ème. J’adore y trouver des cadeaux pour les gens que j’aime.

Un salon de thé, un café, un brunch ou autre à recommander ?

Une tropézienne à la boulangerie pâtisserie Alexine, rue Lepic à Montmartre…Un jus frais au Barbouquin après une séance piscine…

Quel est votre quartier préféré ?

Les buttes… Butte aux Cailles, Butte Montmartre, Buttes Chaumont…Et les bords de Seine, les quais…

Comment vous déplacez-vous à Paris ?

Beaucoup à pieds, surtout la nuit ! Sinon, métro, vélo…

Que diriez-vous à Paris ?

Que j’ai toujours besoin de quitter Paris pour m’aérer, voyager et que j’ai le cœur toujours en joie lorsque j’y reviens, toujours, même après 20 ans.

Si Paris était une chanson / une musique ?

« Sous le ciel de Paris s’envole une chanson, elle est née d’aujourd’hui dans le cœur d’un garçon, sous le ciel de Paris marchent des amoureux… « 

Si Paris était une odeur ?

Celles des pavés mouillés sous la pluie. Celle des bouches de métro, dans la rue.

Votre saison préférée à Paris ?

Le printemps !!! Avec les marronniers en fleurs, les cerisiers, les beaux jardiniers qui s’activent dans les parcs… ;-)

Un bar préféré, un lieu la nuit ?

Début de soirée au Rosa Bonheur, immergé dans la verdure des Buttes Chaumont…Et puis évidemment le Divan du monde et le cabaret Madame ArthurJ’y passe beaucoup de mes nuits…

Paris le matin ?

Voir le soleil se lever, à la fin d’une longue nuit, sur le Pont Neuf, avec la Seine aux mille couleurs… et puis voir les terrasses prendre vie, pendant que la ville semble encore endormie.

Paris le dimanche ?

Dormir avant d’aller flâner dans les charmantes ruelles du Marché aux Puces de Saint-Ouen.

Paris et vous ?

Une éternelle love story dont je compose la musique chaque jour…

Merci Oiseau Joli !

Quitter la version mobile