Site icon FILLE DE PANAME

« Cyrano » au théâtre Funambule Montmartre

Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute diffusion, reproduction, utilisation interdite sans autorisation de l'auteur.

Cyrano
Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau

Un spectacle qui a du nez !

Il est des classiques qui paraissent intouchables. Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand est de ceux-là. Pourtant, au théâtre Funambule Montmartre, la Compagnie Le Théâtre des Pieds Nus a osé l’impensable, de manière totalement inattendue. Et on en redemande.

Tout commence par une scène presque nue. Juste quelques lampions, ici ou là, et des caisses contenant une multitude de bougies allumées. Tel est l’éclairage du spectacle, comme à l’époque, comme si on était au 17ème siècle, avec les personnages. Une ambiance esthétique qui fascine d’emblée, rehaussée par une bande-son savamment trouvée, soulignant les émotions, plutôt qu’elle ne les accompagne. Telle est la première originalité de cette nouvelle version de Cyrano, dont le texte est respecté à la lettre, hormis quelques coupes qui ne dérangent nullement la compréhension du récit.

Deuxième originalité, tous les personnages sont interprétés par trois comédiennes. Oui, trois comédiennes, qui endossent tour à tour Christian, Roxane et Cyrano, grâce à quelques artifices : perruques, maquillage blanc et masques. Toutes trois évoluent avec grâce. On dirait un ballet incandescent, tant elles rivalisent d’ingéniosité, tant elles bougent comme des danseuses en suspension. C’est dire si la mise en scène de Bastien Ossart est fluide. Si le début du spectacle grouille d’informations, de cris, d’énergie qui brouille les pistes, tout le reste se fait sans heurt, laissant entendre le texte poétique de Rostand que l’on semble redécouvrir, entendre pour la première fois.

Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau

Troisième originalité, qui participe à cette mise en scène délicate, le mélange des genres. On est à la fois dans du théâtre classique et toutes ses convention, dans du théâtre contemporain avec quelques anachronismes bienvenus ou encore dans la commedia dell’arte, toute en truculence.

En somme, un spectacle prodigieux qu’il serait dommage de manquer, même si l’on est réfractaire aux textes en vers. Surtout, même, car l’on peut alors redécouvrir l’une des plus belles histoires romanesques de tous les temps. Une histoire qui a du nez et surtout, beaucoup de panache…

Théâtre Funambule Montmartre, 53 rue des Saules 75018 Paris

Du mardi au samedi à 19h ou 21h, le dimanche à 18h.

Quitter la version mobile