Site icon FILLE DE PANAME

LE PARIS DE CLOCHETTE, CHANTEUSE MYSTIQUE CHEZ MADAME ARTHUR

Capture d’écran (107)
Copyright @monsieugac

Clochette est la plus mystique des membres de la troupe Madame Arthur. Elle apporte à chaque représentation sa conscience élevée et son aura scintillante, telle la fée Clochette. Voici son Paris.

Depuis quand êtes-vous à Paris ?

Depuis 15 ans. J’ai été une vraie provinciale occasionnelle à Paris, puis régulière, passionnelle, frustrée, puis une parisienne épanouie version métro Maraîchers et maintenant j’y suis et je n’y suis pas… je fais des aller-retours à Orléans où j’ai mon « vrai » appartement… j’ai une relation très compliquée avec la capitale…

Votre premier souvenir à Paris ?

Un voyage scolaire en CP à la Tour Eiffel… c’était comme voir les pyramides, la mer ou la montagne pour la première fois pour moi : ça m’a fait beaucoup d’effet… 20 ans plus tard quand je répétais au Théâtre de Chaillot, j’étais toujours émue de me dire que je pouvais maintenant la voir chaque jour et manger mon repas du midi en matant ses jambes en gros plan depuis le hall du théâtre.

Paris vous le / la définiriez comment ?

La ville la plus chère et la moins chère du monde où TOUT EST POSSIBLE à n’importe quelle heure du jour et de la nuit si tu connais suffisamment de personnes dans des milieux sociaux-culturels différents.

Quel est votre ou quels sont vos endroit(s) favori(s) à Paris ?

La tombe de Jim Morrison au Père Lachaise, le port de l’Arsenal à côté de l’Opéra Bastille, la petite ceinture #freezone et la Générale avenue Parmentier où j’ai suffisamment de souvenirs pour écrire un roman quand je n’aurai plus toutes mes jambes.

Cimetière du Père Lachaise

Quel est votre musée favori ?

Le musée du Louvre, en passant par derrière… une habitude qui m’a été transmise par un ami très cher. Je peux y aller même juste pour une heure, juste pour voir une oeuvre précise ou pour chercher une réponse à travers les galeries comme si je me tirais le tarot… Comme si j’allais résoudre une énigme intime en faisant confiance à mon œil en scotchant l’oeuvre pour me délivrer un message pour ma problématique du moment.

Un restaurant fétiche ?

Que du Bon, 22 rue du plateau dans le 19ème, le midi si je veux « me mettre bien » ou le soir pour un événement à célébrer. J’y ai un souvenir mémorable d’un menu surprise concocté spécialement pour moi pour un anniversaire en duo.

Une boutique fétiche ?

Le Merle Moqueur… c’est une librairie pas une boutique mais je suis bibliomane donc voilà quoi… c’est là que se situe ma faille d’achats compulsifs…

Un salon de thé, un café, un brunch ou autre à recommander ?

La Cantine de la Cigale, c’est mon sas entre la maison et le cabaret ou les concerts avec mon groupe de musique…  c’est mon QG de sustentation sucré, salé ou liquide. Il m’y est arrivé plusieurs rencontres mystiques et moments d’euphories… et sinon j’aime bien aussi emmener quelqu’un pour la première fois à la terrasse de l’hôtel Amour en journée.

Quel est votre quartier préféré ?

Les Quais de Seine et les péniches…. la Seine c’est une sorte de quartier en soi non?

Comment vous déplacez-vous à Paris ?

À pieds, en bus, en métro et en taxi. À chaque humeur/ horaire/destination un moyen de transport différent.

Que diriez-vous à Paris ?

Je t’aime moi non plus. 

Si Paris était une chanson / une musique ?

J’ai deux amours  #JoséphineBaker

Si Paris était une odeur ?

L’odeur de la tubéreuse, cette fleur envoûtante qui sent la chair en décomposition lorsqu’elle se fane. C’était cette fleur aussi que j’avais choisi comme nom pour mon premier avatar de cabaret en sortant du conservatoire.

Votre saison préférée à Paris ?

L’été je l’adore. Ce que je préfère c’est quand elle est sous canicule et que les ados font péter les bornes d’eau et que chacun fait le minimum. Ou l’hiver sous la neige quand les voitures sont au ralenti et les trottoirs silencieux de personnes qui se concentrent pour ne pas tomber…. quand les éléments la rendent calme et humble.

Un bar préféré, un lieu la nuit ?

Madame Arthur. Je suis fascinée par ce lieu qui me comble entièrement. Je pourrais m’y laisser enfermer un week-end comme un petit fantôme de l’Opéra. Je ne sors pas du tout à Paris en dehors de chez Madame Arthur et des lieux où on fait des concerts de pop transe tantrique avec Bobun Fever (des supers lieux comme le Hasard Ludique, le FGO ou les Grands Voisins). En dehors du travail (que je vis comme des grand-messes de liesse collective et de sexe transcendé avec plein d’inconnus, d’amis et de flammes jumelles), à part quelques concerts de free rock en bar, je suis très casanière… et puis j’ai arrêté l’alcool il y a 4 ans donc je suis encore en rehab et s’il n’y a pas de drogue musicale très quali je n’arrive pas encore à prendre mon pied la nuit à jeun.

Paris le matin ?

Dans un square à délier les jambes au téléphone avec mes soeurs s’il fait beau et dans un café à écrire s’il pleut.

Paris le dimanche ?

Me lever et prendre un train pour la quitter. Ou faire l’amour, aller au cinéma, éventuellement un goûter en famille, et me coucher à 21 h.

Paris et vous ?

Je serai chez Madame Arthur à  la rentrée  et si vous êtes adeptes des concerts enfiévrés où la vie peut basculer sur un alignement d’étoile je vous laisse aller voir les prochaines dates de Bobun Fever ici: http://www.tricollectif.fr/bobunfever/

Merci Clochette !

 

Quitter la version mobile