Site icon FILLE DE PANAME

S’instruire en visitant, avec deux balades parisiennes que nous avons testées !

IMG_2191

Paris version crimes abominables ou la création de la Manufacture des Gobelins nous avons eu l’opportunité de visites exceptionnelles grâce à Cultival, en compagnie de guides passionné(e)s et passionnant(e)s. Pourquoi pas vous ?

Paris, cité du crime.

Car on aime frissonner pour les histoires les plus effrayantes et sanglantes de notre Histoire et parce que Paris est souvent source de fantasmes, cette visite guidée de plus d’1h30 revient sur les grandes affaires qui ont fait parler d’elles à leur époque (et encore de nos jours). Le point de départ est devant le Louvre, pour le retentissant vol de la Joconde qui a permis au tableau de devenir le plus célèbre du monde, alors qu’il prenait presque la poussière. Au fur et à mesure de notre balade, d’affaires de poisons à l’enlèvement de jeunes hommes pour leur dérober leur sang, en passant par l’Ile de la Cité où deux commerçants machiavéliques (un barbier et un restaurateur) servaient des tourtes à la chair humaine (ce qui influencera Sweeney Todd), on rencontre le pire de l’âme humaine, pour notre plus grand plaisir. Venez saluer à votre tour Lacenaire, le docteur Petiot ou Cartouche !

 

La Manufacture des Gobelins dans tous ses éclats.

Direction le 13e arrondissement et la Manufacture des Gobelins, pour l’exposition Créer pour Louis XIV, à admirer jusqu’au 4 décembre. Une visite guidée au sein de l’exposition, où l’on rencontre Jean-Baptiste Colbert (l’emblématique ministre de Louis XIV) et Charles Le Brun (son premier peintre), qui ont fait de ce lieu la concentration de tous les corps de métier artisanaux, à côté de la Bièvre, qui a été remblayée depuis. Devenue Manufacture d’exception, elle servait à montrer aux maisons royales du monde entier, tout le savoir-faire français. On retrouve ici une centaine d’œuvres artisanales devenues œuvres d’art : des tapisseries monumentales certes (nous sommes après tout aux Gobelins), mais aussi du mobilier, des sculptures, des gravures, de l’orfèvrerie, sur deux étages. On en apprend toutes les coulisses, sous toutes les coutures et l’on a presque l’impression que l’on va croiser, à tous moments, les centaines d’artisans qui envahissaient ces lieux chargés d’histoire.

 

Plus d’informations sur le site Cultival ! 

 

Quitter la version mobile