Le Potager du Roi a besoin de vous !

Le Potager du Roi, à Versailles, est un magnifique lieu à découvrir tout au long de l’année. Pour continuer sa mission, l’administration du Potager a lancé une campagne participative utile et stimulante : « Mon potager c’est le Potager du Roi ».

Photographie Arlauld Duboys Fresney

Le Potager du Roi, à Versailles, est un écrin de verdure unique, un lieu de vie et de majesté botanique qui nous ramène en quelques instants à l’universalité des êtres et des choses. Marcher dans le potager et y admirer un fruit, une plante, un légume, un arbre, est une promenade douce et instructive. Situé en plein cœur de ville, ce rectangle vert est un véritable hymne à la nature et à la biodiversité. Ici, tout au cours de l’année, on sème, on taille, on plante on récolte au rythme des saisons, avec professionnalisme et sans chichi.

Photographie Arnauld Duboys Fresney

Cela est d’autant plus impressionnant que l’aventure potagère de Versailles est née en 1678, et a évolué en même temps que le château royal tout proche. Il s’agissait alors de nourrir un roi et sa famille. 

Jean-Baptiste de la Quintinie était un avocat passionné d’horticulture. Après un voyage en Italie où il avait admiré de magnifiques jardins gérés de manière très scientifique il créa le potager de Versailles pour satisfaire un vœu de Louis XIV mais avec le regard d’un visionnaire féru de botanique. Faire pousser des de beaux fruits et de jolis légumes c’était aussi servir la gloire du roi et de manière indirecte celle de la collectivité en recherchant les meilleurs plants, les espèces les plus rares, goûteuses et productives. 

Photographie R. Trouilleux

Des ananas furent produits ici, ainsi que des fraises dont raffolait Louis XIV, mais au-delà de l’anecdote le potager fut regardé par les savants comme un formidable lieu d’expérimentation. Réaménagé en 1780 il demeura dans l’escarcelle de l’Etat après la Révolution française, et ainsi, de royal, devint républicain. 1848 vit l’installation dans ces lieux de l’Institut national agronomique. Il devint à la fin du 19e siècle le terrain d’expérimentation de l’agriculture chimique. Les bâtiments adjacents abritent maintenant l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles. Dans cet établissement d’enseignement supérieur sont formés les paysagistes de demain. Le tournant vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement a déjà été engagé depuis quelque temps ici. La fertilité du sol, ménagée par des cultures responsables, la gestion durable des ressources naturelles est un engagement permanent pour les jardiniers. 

Photographie Arnauld Duboys Fresney

En ce début d’automne, il suffit de se rendre dans la boutique du potager pour voir, agencées avec goût, les merveilles d’une nature aussi généreuse qu’inventive : la collection des courges produite ici est déjà un festin pour l’œil avant de devenir celui de l’estomac ! Courges turban, bleue de Hongrie – délicieuse avec des amandes et du miel ! – potimarron plus classique et tant d’autres succulents cucurbitacées démontrent avec bonheur que la variété est toujours de ce monde, encore faut-il la cultiver.

Le jour de notre visite au potager, guidé par Antoine Jacobson, aussi passionné que passionnant, il pleuvait, mais le plaisir de marcher dans ce lieu merveilleux, véritable monument dédié à dame nature et à ses œuvres, était sans égal. Des fleurs, des fruits, des arbres noueux, parfois si vieux mais encore productifs, donnent au visiteur comme une bouffée de vie bonne à cueillir et à respirer. Derrière la grille au couronnement éclatant s’étale la pièce d’eau des Suisses rappelant que nous sommes proches du château. 

Photographie R. Trouilleux

Les murs destinés à protéger les arbres en espaliers du vent et à recueillir la chaleur du soleil totalisent quatre kilomètres, un patrimoine aussi important que fragile. Déjà certains les enduits ont été restaurés au plâtre se rapprochant le plus possible du fameux « plâtre gros » produit en Ile-de-France au XVIIIe siècle et qui recouvrait les murs de nombreux jardins. Les voûtes des curieux petits passages reliant les différentes parties du potager doivent aussi recevoir les soins des restaurateurs. 

Ce site unique qui nous a été transmis par nos ancêtres doit continuer sa mission. A l’heure où des générations se posent sérieusement des questions sur le devenir de notre environnement et sur ce que nous devons transmettre à notre tour, il est important de participer à cette œuvre. 

Il est temps de restaurer ce lieu unique et de lui redonner tout son lustre. Un financement participatif a été lancé dans ce sens : « Mon potager c’est le Potager du Roi. »

Photographie Arnauld Duboys Fresney

Avant le 28 février 2021, pour lancer une première campagne de travaux, l’Ecole nationale de paysage doit réunir la somme minimum de 25000 euros. 

Le Grand Carré, d’une surface de trois hectares, est divisé en seize allées de cultures légumières entouré de ligne de poiriers palissés en contre-espalier prenant appui sur des armatures en fer forgés. 

Les armatures doivent êtres restaurées et cette démarche accompagnée de la replantation de nouveaux poiriers. Depuis 2010 vingt lignes d’armatures ont déjà été restaurées, il convient de continuer pour 14 autres sur les 68 totalisées dans le Grand Carré.

Photographie R.Trouilleux

Pour participer à cette œuvre essentielle, il suffit de se rendre sur le site www.monpotagerduroi.fr pour faire un don en ligne. 

Ou tout simplement d’adresser un chèque accompagné du bulletin disponible en téléchargement sur le site de la campagne à :

Ecole nationale supérieure de paysage

Campagne « mon potager, c’est le Potager du Roi »

10 rue du Maréchal-Joffre

78000 Versailles. 

Les dons, qu’ils s’agissent ceux faits par des particuliers ou des entreprises, sont déductibles de l’impôt.

Contact : par formulaire ou au +33 (0)1 39 24 62 53

Le Potager du Roi est ouvert au public : 

Janvier à mars
du mardi au vendredi de 10h à 18h
(sauf jours fériés)

Avril à octobre
du mardi au dimanche de 10h à 18h


Visites commentées avec conférencier
à 11h, 14h30 et 16h, UNIQUEMENT le week-end et les jours fériés 
En semaine, visite libre avec remise d’un dépliant.

La boutique du Potager du Roi 

La boutique-librairie de l’École nationale supérieure de paysage propose à la vente les fruits et légumes du Potager du Roi ainsi que des produits transformés – jus, confitures, miel, coulis – et dérivés comme des cosmétiques à base de plantes du Potager. 

Les produits frais sont disponibles suivant les saisons et les marchés de la semaine. La librairie spécialisée compte plus de 800 références d’ouvrages et revues dans les domaines du jardin, de l’écologie, de l’agriculture et du paysage.

Janvier à mars

Du mardi au vendredi de 10h à 18h

(sauf jours fériés)

Avril à octobre
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
(sauf lundis fériés)


Fermé le 1er mai

Novembre à décembre
Du mardi au vendredi de 10h à 18h
le samedi de 10h à 13h
(sauf jours fériés)

Publié par

Historien, auteur de nouvelles, conférencier, rédacteur au Journal Le Chat Noir, on me présente souvent comme le spécialiste de Paris secret et insolite, rappelant en cela mon livre éponyme. C’est un peu vrai mais Paris dans son ensemble me passionne depuis toujours. La ville d’hier et d’aujourd’hui, ses multiples histoires et faits divers occupent mon quotidien. Incorrigible piéton, je parcours les rues parisiennes en tous sens, et mes découvertes sont nombreuses. Qu’elles soient théâtrales, littéraires, gastronomiques, les surprises sont souvent au rendez-vous, et c’est un plaisir de les partager.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s