Le Paris du Groupe « Haïkistes »

Copyright : Les Haïkistes

Les Haïkistes sont nés d’une rencontre entre influences pop, disco et rock des années 80 à aujourd’hui. Mélodies légères et pétillantes, récits de vie et groove du quotidien sont les composants qui caractérisent le style de ces cinq parisiens. Sur leur route se sont échangés plusieurs regards : que ce soient les textes de figures telles que Biolay ou Gainsbourg, les riffs du mouvement Mad-chester ou bien le disco revisité de l’Impératrice. Leur premier EP participe au virage d’une pop rafraichie par les couleurs françaises et britanniques. Entre initiation au voyage et portraits chaloupés, le groupe présente cette photographie de « Tous les jours » à laquelle chacun peut tenter de s’identifier. Voici leur Paris.

paname et moi

Depuis quand êtes-vous à Paris ?

Paname et les Haïkistes se sont rencontrés il y 4 ans environ. Inévitablement, le coup de foudre fût immédiat et on peut dire que c’est une relation qui dure pour le moment.

Votre premier souvenir à Paris ? 

La venue au monde du groupe, chez notre bassiste (Léo) dans le 17ème arrondissement entre deux piles de bouquins, et les premières répétitions improvisées avec les moyens du bord : percussions sur les meubles, guitares acoustiques… mais déjà beaucoup d’idées pour la suite.

Paris vous le/ la définiriez comment ? 

On pourrait l’imaginer comme une grosse fourmilière attachante, pleine de vie et de recoins insoupçonnables et inexplorés. Évidemment, Paris est capricieuse aussi et on peut la détester parfois, souvent pour les mêmes raisons qui nous poussent à l’aimer d’ailleurs. Enfin, c’est évidemment un vivier musical et artistique exceptionnel, une source intarissable d’inspiration.

Quel est votre ou vos endroit(s) favori(s) à Paris ?

On adore se retrouver tous les cinq dans notre studio de répétition (HF studio) dans le 14ème. Ce n’est pas forcément un endroit particulièrement exceptionnel mais on converge tous vers ce point depuis différents quartiers de Paris et on sait qu’on va y passer un bon moment ensemble, où on peut se libérer du reste en musique et ensuite passer la soirée à divaguer autour d’une bière. Un endroit de « Tous les jours » finalement.

Copyright : hfmusicstudio

Un restaurant fétiche ? 

, l’ambiance parfaite du vieux bistrot parisien, soigneusement dissimulé dans une rue discrète mais fort heureusement à quelques encablures de notre studio de répétition. On ne compte plus le nombre de fois où l’on a dit qu’on y irait à la prochaine répète.

Une boutique fétiche ? 

À chaque musicien son style. Sonia (chanteuse/claviers) recommande Eskan, une petite épicerie iranienne (rue des Entrepreneurs, 75015) pour les aventuriers du goût. Pour eux encore, impossible pour Pierre-Allyre (chanteur/guitare) de ne pas mentionner la fromagerie Ferdinand (rue de Dunkerque,75009). A ceux en quête d’une nouvelle garde-robe, Antoine (batteur) conseille une petite visite chez Room 33, une friperie sympathique du 4ème (Rue du Roi de Sicile). Pour les férus de lecture, Omid (guitariste) conseille la librairie Tschann (Bld. Du Montparnasse, 75006), temple de la poésie et de la littérature. Enfin, ce n’est pas vraiment une boutique, mais Léo (basse) suggère de faire un saut au Cinéma Mac Mahon, un petit ciné indépendant.

Un salon de thé, un café, un brunch ou autre à recommander ? 

Marcel & Clémentine ou Arthur & Juliette. Non, ce ne sont pas deux couples de franchouillards célèbres mais bien deux cafés que l’on adore ! Le premier ravira les rive-droitistes (rue de Dunkerque, 75009) amateurs de bonnes choses (et à prix abordables) tandis que le second (rue des Morillons, 75015) offre une terrasse parfaite, en face du parc George Brassens, à laquelle Omid voue un culte démesuré.

Quel est votre quartier préféré ?

Sans hésitation le quartier Ménilmontant pour son ambiance populaire, ses bars, ses terrasses et sa vie nocturne, mais surtout ses concerts. On a déjà joué 4 ou 5 fois dans des petites scènes du quartier et dès qu’on veut jouer à nouveau sans se prendre la tête, on commence par chercher là-bas. On a vraiment hâte que tout ouvre pour y retourner.

Comment vous déplacez-vous à Paris ? 

Il convient de répondre à cette question par un hommage, une ode à toi l’Autolib, partie trop tôt. Ta silhouette inimitée, ton gris joyeux, ta démarche hésitante, tu ne ressemblais à personne et personne ne te ressemblait. Toutes les fois où nous t’avons chargée d’amplis, de guitares, de micros, de percussions, et fait traverser Paris de long en large, tu ne t’es jamais plainte et, infatigable, tu nous conduisis toujours à bon port. Sans toi rien n’aurait été possible. Sans toi, rien n’est plus pareil. Ta disparition précoce n’effacera pas ton souvenir, radieux. Nous te remercions.

Source : Google

Que diriez-vous à Paris ?

Tu me fascines.

Si Paris était une chanson / une musique ?

On ne peut pas ne pas répondre « Paris » des Haïkistes. C’est une chanson que Pierre-Allyre (chanteur/guitare) a écrite pendant son expérience à Londres, et où il évoque la fascination que l’on peut avoir pour cette ville et ce qui l’anime. On ne l’a jamais enregistrée mais cette chanson fait vraiment partie de l’histoire du groupe après l’avoir jouée de nombreuses fois lors de nos concerts. Dans le cadre d’un tremplin, on a même pu la jouer au New Morning et au Bataclan.

Si Paris était une odeur ?

Celle qu’on retrouve en rentrant de vacances.

Votre saison préférée à Paris ?

Pourquoi pas le printemps ? Le soleil pointe le bout de son nez et le tout Paris s’approprie les terrasses, les parcs et les places. On espère aussi que ce printemps sera celui de la réouverture des lieux culturels et festifs, pour qu’on puisse tous retrouver une vie sociale et musicale méritée.

Photo de Amine ATTOUT sur Pexels

Un bar préféré, un lieu la nuit ? 

Au risque de passer pour des hipsters dans la vague, la soirée typique des Haïkistes commence par un apéro animé aux Grands Voisins (qui ont malheureusement fermé depuis), un lieu fantastique qui mêle culture, restauration et lieux de vie pour les associations. Puis, pour danser jusqu’aux aurores, on ne peut pas ne pas mentionner la Bellevilloise qui dispose probablement de la programmation la plus éclectique de Paris.

Paris le matin ? 

Paris le matin c’est un truc dont est privé depuis bien trop longtemps : le café au comptoir (parfois deux, ça peut aider). C’est la rencontre des gens, ceux qui vont au travail, ceux qui en sortent, ceux qui ne sont pas encore rentrés de leur soirée de la veille, ceux qui flânent. Dans les Haïkistes, on est probablement un peu tout ça en même temps.

Paris le dimanche ? 

Paris le dimanche, pour nous c’est bien souvent une journée Haïkistes avec des répétitions dans le 14ème ou simplement se retrouver quelque part pour causer musique et travailler sur nos différents projets, ou pour profiter de nos amis.

Paris et vous ?  

La vie de « Tous les jours » !

Votre actualité ?

La sortie de notre premier EP « Tous les jours », le 4 février dernier, réalisé en autoproduction. Il mêle des thématiques intimistes, tantôt légères, tantôt plus sérieuses, sur des rythmes pop/rock entrainants et aux influences multiples (jangle pop, psyche rock, disco et bien d’autres). Il est disponible à l’écoute via le lien suivant : https://spinnup.link/427820-tous-les-jours/

Et en téléchargement sur Bandcamp, Itunes Store et Amazon Music.

Infos groupe :
Facebook : https://www.facebook.com/LesHaikistes/
Insta : https://www.instagram.com/haikistes/
Site : https://site.spinnup.com/haikistes/

Merci les Haïkistes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s