Les Trois Soeurs à l’Odéon: une relecture milléniale du chef d’oeuvre de Tchekhov

Les Trois Soeurs
Copyright Théâtre de L’Odéon

Après Medea, Simon Stone revient à l’Odéon où il est artiste associé, pour nous offrir une occasion unique de découvrir, après la version de Kouliabine, sa propre interprétation du chef-d’oeuvre par lequel Tchekhov ouvre le XXème siècle. Trois soeurs. Semblables, différentes. Trois destins entrelacés. Au fil du temps, les existences se précisent, les choix se figent, les rêves de la jeunesse se dissipent dans la médiocrité ambiante.

Si vous avez la chance d’aller voir Les Trois Soeurs d’après Anton Tchekhov au Théâtre de l’Odéon, oubliez tout ce que vous pensez savoir sur cette pièce et son œuvre en général. Même chez les férus de théâtre, il n’est pas rare d’entendre que ses œuvres sont d’un autre temps, que l’ennui y est de coutume et que les personnages sont loins des préoccupations de notre monde. Simon Stone, 30 ans, réussit ici à « dépoussiérer » une œuvre qui est évidemment le contraire de toutes ces allégations. N’importe qui appréciant les œuvres de Tchekhov et ses correspondances sait qu’il est on ne peut plus moderne, même en 2017.

Les Trois Soeurs
Copyright Théâtre de L’Odéon

Je reste assurée que Tchekhov aurait adoré cette adaptation contemporaine qui est, dans sa forme, dans ses thèmes et dans le langage des personnages est une traduction pour les «noobs » (néophytes) de son oeuvre et un moyen de parler de la vie des 25/40 ans en milieu urbain.

« Simon Stone : Tchekhov fait commencer toutes ses pièces en indiquant qu’elles se déroulent dans le temps présent, et à cet égard je le prends au mot. Le présent ne cesse jamais. De son vivant, Tchekhov aurait lui-même souhaité que ses drames soient situés dans le présent, y compris dans des mises en scène plus tardives. »

Alors que les personnages gardent leur essence, leurs préoccupations, leurs interactions par rapport à la pièce d’origine, ils sont ici des Français de 2017 après l’élection de Trump et Macron, fréquentant Tinder, écoutant du Beyoncé, rêvant de New-York, et perdus quand il s’agit d’amour et d’engagement. Le metteur en scène réussit à saisir le même déchirement intérieur des personnages, leurs mêmes rêves.

La scénographie est innovante. Elle nous plonge dans l’intimité de cette famille dont les trois sœurs sont le cœur des désirs et frustrations de tous les hommes. On ne pourrait assister à plus grande séance de voyeurisme: la mise-en-scène s’articule autour d’une maison aux murs de verre tournant sur un plateau pour nous laisser entrevoir la moindre interaction des personnages. Grâce aux micros (qui ne facilitent pas la tâche des comédiens) on assiste aux moindres conversations qui s’enchaînent d’une pièce à l’autre, d’un personnage à l’autre, remplaçant le dispositif habituel d’entrées et sorties des personnages d’une pièce de théâtre classique. Devant cette effervescence, on est tenté d’entrer et prendre part à leurs moments de joie et de désespoir, à les aider à allumer leur barbecue ou faire leurs cartons de déménagement. On voudrait prévenir le mari trompé, ou cacher la clef à la belle-sœur intrusive.

Les Trois Soeurs
Copyright Théâtre de L’Odéon

Cela m’a beaucoup fait penser à une émission de télé-réalité type Big Brother, Secret Story… ou même à une partie de Sims. Deux références qui parlent aux moins de quarante ans qui j’en suis persuadée sont la véritable cible du metteur en scène. Simon Stone ne cherche pas à expliquer le langage jeune et les références citées abondamment par les personnages: c’est un véritable « name-dropping », cher aux générations biberonnées aux œuvres de Breat Easton Ellis (déjà trop vieux pour être le porte-parole de la jeunesse).

Pour conclure, cette mise en scène de Simon Stone à L’Odéon est une relecture qui permet d’apprécier la modernité de Tchekhov et de parler de sujets qui ponctuent la vie du trentenaire parisien. Je ne serai d’ailleurs pas étonnée que les personnages de la pièce soient des lecteurs assidus de Fille de Paname.

les 3 soeurs odéon

Hillel pour Fille de Paname

 

Théâtre de l’Odéon

Place de l’Odéon

75006 PARIS

 

Publié par

Réalisatrice de fictions après mes études de cinéma, présidente d’un festival de films étudiants à Paris, médiatrice sociale dans une association et actuellement casteuse pour une émission de divertissement, tout ce qui touche aux relations humaines me plaît. Ma plus grande vocation est d’aider et de faire partie d’une équipe : je suis donc là pour partager les meilleures choses à faire à Paris ! Véritable ventre sur pattes, ma passion c’est aussi la nourriture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s