« Le Petit Coiffeur » au théâtre Rive-gauche

Ah, la guerre comme à Daguerre ! Après le moliérisé Adieu Monsieur Haffmann encore dans toutes les mémoires et toujours à l’affiche, Jean-Philippe Daguerre revient avec Le Petit Coiffeur, nouvelle pièce située pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y est question de collaboration, de résistance, de famille et de transmission, mais aussi et surtout, d’art et d’amour. La pièce-événement de cette rentrée théâtrale.

Copyright Fabienne Rappeneau


Automne 1944. La France est libérée, petit à petit, compte ses morts, mais aussi ses traitres. Celles et ceux qui ont collaboré, tout comme celles et ceux que l’on accuse à tort et à travers, qu’on lynche et qu’on tond. Une véritable débâcle encore trop souvent tue, point noir d’une Libération qui avait pourtant entraîné avec elle une liesse nationale. A Chartres, un salon de coiffure pas comme les autres vit également les événements. On y trouve Marie Giraud, veuve d’un mari dénoncé par un(e) voisin(e) pour ses actes de résistance, alors que c’était elle, la véritable héroïne, meneuse d’opérations et bientôt décorée. A ses côtés, ses deux fils : Jean, différent et fragile et Pierre, peintre talentueux qui manie autant les ciseaux que les pinceaux. Son truc ? Peindre des femmes habillées qu’il dévêt dans ses toiles et dont il floute le visage. Il fait la connaissance de Lise Berthier, institutrice et veuve, qui a tapé dans l’oeil de Marie désirant marier son fils. Pierre n’est d’ailleurs pas insensible à ses charmes. Mais Lise cache un terrible secret. De ceux qui peuvent changer une destinée, pour le pire, sans le meilleur. 

Copyright Fabienne Rappeneau


Tandis que l’on parle de couvre-feu généralisé, difficile de ne pas voir une analogie entre notre situation actuelle et celle que vivent les protagonistes de ce Petit Coiffeur, même si Jean-Philippe Daguerre n’avait pu le prévoir au moment de l’écriture de sa pièce. Les heures naviguent entre ombre et lumière, le temps est à la délation de ses voisins (à notre époque, ceux qui ne respectent pas les horaires et les consignes de l’Etat) et les traîtres d’hier deviennent les héros d’aujourd’hui : il suffit de changer sa veste de l’autre côté ou de modifier son fusil d’épaule. L’analogie de la guerre par le Président de la République renvoie également à cette époque où l’on doit raser les murs. Entre 1940 et 1944, devant la menace nazie et collaborationniste, désormais, contre un virus invisible. Dans les deux cas, la possibilité de mourir plus jeune que prévu demeure élevée. Derrière la légèreté apparente de la pièce et de notre situation, le drame peut surgir à tout moment et emporter les cinq personnages dans le tumulte. Ils ont survécu à la guerre, survivront-ils à la Libération ?

Copyright Fabienne Rappeneau


On danse dans le salon de coiffure, on y fait l’amour aussi. On rêve à des lendemains meilleurs, à l’envie de transformer une partie de l’établissement en atelier d’artiste, pour que Pierre n’ait plus de ciseaux à brandir, seulement ses pinceaux. On entrevoit un mariage entre lui et Lise. Marie rêve également d’amour, dans les bras du maquisard Léon, tandis que Jean, lui, reste dans son innocence qui fait plaisir à voir et à entendre. Comme dans Adieu Monsieur Haffmann, Jean-Philippe Daguerre convoque une histoire d’amour (et même deux, ici), un protagoniste obligé de se cacher (Lise, après la découverte de son secret) et l’ennemi rôde et s’invite à domicile. Le bijoutier de la pièce moliérisée se fait coiffeur, éperdu dans un monde trop grand pour lui et surtout, trop tumultueux, lui qui ne désire que le calme. 

Copyright Fabienne Rappeneau


On sourit souvent lors des scènes d’insouciance où l’on nous balade au début, avec cette famille attachante, pour glisser de plus en plus dans un tourbillon de drames et d’émotions. Les comédiens sont évidemment au diapason dans cette partition très bien huilée, notamment Félix Beaupérin (que nous avions déjà applaudi avec bonheur dans La Ménagerie de verre) et Brigitte Faure, tous deux d’une justesse au fil du rasoir, dans le chaos qui environne le salon de coiffure. La toute dernière scène vous glacera le sang. Cela aurait pu être nos grands-parents. Cela aurait pu être des voisins. N’importe qui. Cela donne à réfléchir. Qu’aurions-nous fait, à leur place ? Une des pièces de la rentrée à ne pas manquer, assurément. 


Au Théâtre Rive Gauche, 6 rue de la Gaité 75014 Paris.
Jusqu’au 30 novembre, du jeudi au samedi à 18h30, les samedis à 16h et les dimanches à 15h.
A partir du 1er décembre, du mardi au samedi à 21h et les dimanches à 15h.

vlog culture, blog culture, expositions, musées, paris , vlog cinema, vlog sorties, vlog restaurants, sorties à paris, restaurants paris, restaurants, bars, salons de thé, brunch, theatre, concerts, boîtes, lieux de nuit, nouvelle youtubeuse, blog chroniques, chroniques culture, chroniques cinéma, chroniques expositions, chroniques restaurants, youtubeuse culture, youtubeuse cinema, youtubeuse expos, youtubeuse paris, youtubeuse sorties, youtubeuse restaurants, restos, tests restos, spectacles, comédies musicales, danse, concerts, blog cinema, blog paris, blogueuse culture, blogueuse theatre, blogueuse ciné, culture, fille de paname, filledepaname, vlog paris, paname, blog paris, blog parisien, vlog culture, blog culture, expositions, musées, paris , vlog cinema, vlog sorties, vlog restaurants, sorties à paris, restaurants paris, restaurants, bars, salons de thé, brunch, theatre, concerts, boîtes, lieux de nuit, nouvelle youtubeuse, blog chroniques, chroniques culture, chroniques cinéma, chroniques expositions, chroniques restaurants, youtubeuse culture, youtubeuse cinema, youtubeuse expos, youtubeuse paris, youtubeuse sorties, youtubeuse restaurants, restos, tests restos, spectacles, comédies musicales, danse, concerts, blog cinema, blog paris, blogueuse culture, blogueuse theatre, blogueuse ciné, culture, fille de paname, filledepaname, vlog paris, paname, blog paris, blog parisien, livraison paris, paris insolite, coulée verte, paname, panam, ou sortir à Paris, parisien, paris 8, paris arrondissement, parisian journey, paris aujourd'hui, paris ce week end, paris a vélo, paris comme chez soi, paris en ce moment, paris à tout prix, paris à pied, paris à la carte, paris à faire, paris à voir, à paris ce week end, à paris aujourd'hui, paris à tout prix, sortir à paris, musée à paris, que faire à paris, quoi faire à paris, paris carte, que faire à paris, paris d’Orsay musée, paris expositions, paris évènement, interviews culture, interview musique, bons plans voyages, adresses parisiennes, blog paris, blog parisienne, parisienne, spectacles paris, ou sortir à paris, cabarets paris, spectacles paris, bons plans paris, paris pas chers, concours, paris gratuit, journaliste paris, bars paris, culture paris, parcours paris, visites paris, paris tourisme, que faire a paris gratuitement, paris amoureux, activités paris, péniches paris, paris insolite, paris balades, se promener à paris, tour eiffel, paris mercredi, bateaux mouches, paris plan de métro, paris guide map, cabaret paris, ou sortir a paris, que faire a paris, paris gratuit, bon plan paris, blog paris, visites paris, sorties paris, tourisme paris, parisienne, spectacle paris, concours, spectacle paris, ou sortir paris, blog parisien, blog lifestyle, blog culture, tourisme paris, balades paris, blog lifestyle, blog fille paris, filledepaname.com , blogging, one man show, spectacle humour, one woman show, Paris la nuit, blog fille, Marie nedjar, journaliste cinéma, journaliste culture, paris culture, tourisme à Paris, monuments Paris, Arc de Triomphe, Montmartre, photos paris, spectacles Paris, filledepaname.com, fille de paname, paname, c'est une fille de paname, métro parisien, rue de Paris, parcours Paris, Paris en amoureux, paris romantique, Paris famille, Paris culture, paris littéraire, paris artistique, paris du monde, Paris est une fête, hôtel Paris, restaurants Paris, gastronomie Paris, Paris France, Paris saint germain, brasseries, bistronomie, bistrots, bistrots parisiens, terrasses à Paris, paris l'hiver, paris l'été, brasseries parisiennes, bars parisiens, boutiques paris, magasins paris, salons de The Paris, brunch Paris, interviews culture, figures de Paris, parisiens, parisiennes, rues de Paris, Champs Elysées, Grands Boulevards, galerie lafayette, printemps haussmann, giveaway, paris tourism, parisian , paris food, paris gastronomy, veggie paris, paris Outings, Paris culture, organic food in paris, boulangerie paris, sorties parisiennes, sorties paris, comédienne paris, actrice paris, actress paris, comedian paris, blog food paris, blog lifestyle paris, blog, parisian blog, paris journalist, culture journalist paris, blogueuse paris, food blog, lifestyle blog, culture blog

Publié par

Journaliste de formation et amoureux de Paris, J’ai écrit pour différentes publications à gros tirage (Questions de femmes, Le Républicain Lorrain, Carrefour savoirs, Aux petits oignons…) et pour des sites culturels (Evene.fr, Grand-Ecart.fr…). Pour Fille de Paname, je rédige articles et interviews essentiellement dirigés vers la culture. julien@filledepaname.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s