« On purge Bébé » au Montmartre Galabru

« On purge Bébé » à Montmartre !

La jeune troupe Les collectionneurs, menée de main de maître par Julien Nacache et Louis-Aubry Longeray, propose une réjouissante reprise du spectacle musical de Feydeau « On purge Bébé » et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est fortement dépoussiérée, ce qui n’est pas pour nous déplaire !

C’est toujours avec beaucoup de plaisir que nous retournons au théâtre de poche Galabru, petite salle proposant tout au long de l’année les spectacles des plus variés aux plus originaux.

En ce moment, on purge bébé dans cette salle, avec fougue, humour et originalité.

Le propos de départ de cette pièce est fort mince : Toto, bébé d’un jeune couple, n’a pas « fait » de la matinée, il faut donc lui administrer une purgation. Mais le père de l’enfant, accaparé par le devenir de son entreprise de fabrication de porcelaine, vise un marché juteux : la fourniture aux armées de pots de chambre solides et indestructibles. Monsieur n’a donc pas le temps, contrairement à sa charmante épouse, de s’occuper de cette…chose…

Un état de fait qui pouvait sembler normal en 1910, année de création de cette pièce, mais qui résonne d’une manière toute particulière à l’époque contemporaine. Monsieur doit se sentir responsable de son enfant et ne pas déléguer les tâches malodorantes qui le concerne sous prétexte qu’il travaille – lui – et doit assurer l’économie du ménage.

S’ensuit un débat – très vif – entre M. Follavoine et sa charmante épouse, trainant en chemise de nuit et bas filés, essayant par tous les moyens d’obtenir l’avis de son mari débordé : purgatif ou non pour Toto ? Au passage, la bonne, très occupée à faire ses mouvements de gymnastique, amoureuse de son patron, passe au-dessus de la mêlée, peu concernée par ces débats malodorants qui ne font que révéler la mésentente existant entre ses employeurs.

La troupe est jeune, exaltée dans le – très – bon sens, et déborde d’énergie, influencée par les images de bandes dessinées, les dessins animés genre Tex Avery ou ­­­le burlesque.

Mais qui sont les personnages de cette pièce, oui, qui sont-ils ?

– Bastien Follavoine (Julien Nacache). Le patron, perdu dans la lecture d’un dictionnaire et n’ayant pas vraiment l’air de savoir s’en servir. Toute la journée il pense, vit, et travaille pour les pots de chambres, alors les problèmes de purgation, vous comprenez…

– Julie Follavoine (Lola Letarouilly). La patronne, très joliment énervée, poussée à bout par la nonchalance de son porcelainier de mari, désespérée par la constipation de son fils Toto et ne voulant pas déléguer ces tâches avilissantes à sa bonne, ce qui est bien aimable de sa part. 

– Rose, la bonne (Mélissa Polonie). Une gymnaste plus douée pour faire bouger son corps que pour l’usage de l’aspirateur. Elle fait la roue très bien, et avec grâce. Purger bébé n’est pas dans ses attributions.

– Adhéaume Chouilloux (Louis-Aubry Longeray). Le commanditaire des armées, fasciné par le côté indestructible des pots de chambre, même s’il n’est pas toujours prouvé… Motivé, très drôle : garde à vous ! Repos…

– Toto (7 ans) Paul Brouet. Bébé Toto est un peu grand pour son âge mais pourquoi lui reprocher ? Il sait ce qu’il ne veut pas, en l’occurrence qu’il n’est pas disposé à la purgation, et Toto sait y faire, quand il ne veut pas, il ne veut pas !  Maman est désespérée car Toto doit faire pour rester en bonne santé, mais Toto n’est pas toujours gentil ! Oh oui, vilain Toto !

Et tout cela accompagné, souligné, agrémenté, pimenté, salé et baigné par la musique de Guillaume Zanier, pianiste fou et doué, comme on aime ! De ceux que l’on inviterait bien à nos plus folles soirées chics, parisiennes et gentiment déglinguées. De ces réunions amicales et quelque peu alcoolisées où, après deux verres dans le nez, on essaye enfin d’attirer l’attention de celui, de celle que l’on trouve i-rré-sis-ti-ble !

Bref, vous aurez compris que l’envoyé spécial de Fille de Paname a beaucoup aimé ce spectacle tonifiant, amusant, très bien joué, où est délivré ce nectar de bonne humeur indispensable à la vie, bien éloigné d’un purgatif : du petit lait distillé avec assurance, charme et gentillesse.

Photographies de Gaëlle Simon

On purge Bébé, comédie de Georges Feydeau, adaptation par la troupe Les collectionneurs

du 29 janvier au 26 mars 2022 au Théâtre Montmartre Galabru

4 rue de l’armée d’Orient, 75018 Paris

Location : 01 42 23 15 85

Publié par

Historien, auteur de nouvelles, conférencier, rédacteur au Journal Le Chat Noir, on me présente souvent comme le spécialiste de Paris secret et insolite, rappelant en cela mon livre éponyme. C’est un peu vrai mais Paris dans son ensemble me passionne depuis toujours. La ville d’hier et d’aujourd’hui, ses multiples histoires et faits divers occupent mon quotidien. Incorrigible piéton, je parcours les rues parisiennes en tous sens, et mes découvertes sont nombreuses. Qu’elles soient théâtrales, littéraires, gastronomiques, les surprises sont souvent au rendez-vous, et c’est un plaisir de les partager.

Laisser un commentaire