Les coups de coeur de l’autrice Léonore Confino

Copyright Sarah Robine

Les mots de Léonore Confino nous font toujours chavirer. Après Building, Ring, Les uns sur les autres, nous avions l’an dernier, applaudi à tout rompre Les Beaux. Mais l’autrice est également comédienne et a donné récemment la réplique à Isabelle Huppert dans La Daronne. En attendant de réécouter les mots de Léonore Confino, lisons-les pour ces coups de cœur du moment !

Un album de musique ?

Le Fil, de Camille. Album de la grâce… tout est ludique et beau, notes pendues sur le fil de la rupture ! 

Une chanson ?

Sparring Partner, de Paolo Conte. L’effet chaloupé/balancé du bassin opère dès les premières notes !  

Un clip ?

This is America, de Childish Gambino – il danse la bipolarité. Inutile d’expliquer, je vous laisse regarder.

Un film ?

Les Noces Rebelles, de Sam Mendes… ou les projets essentiels qu’on avorte pour de mauvaises raisons. Dès que je m’apprête à renoncer à un rêve, je pense à ce couple, à leur voyage annulé à cause d’une promotion professionnelle, et je persévère. D’ailleurs mes amis me haïssent quand je leur conseille de voir le film, alors qu’ils voulaient reporter ou annuler quelque chose !

Une série ? 

Je suis actuellement emportée par Possessions de Thomas Vincent.

Sinon plus expérimental, formidable I love Dick, de Sarah Gubbins, qui détourne la grammaire des séries et parle du désir féminin comme personne…

Un documentaire ?

Celui qui reste près de moi, c’est Flagrant délit, de Depardon et en particulier les passages autour de la jeune toxicomane Muriel Lefebvre, qui doit passer en comparution immédiate et ne peut s’empêcher de mentir dès qu’elle parle. Les entretiens où son avocat commis d’office la conseille avec un respect et une gentillesse sans failles, me donnent envie de croire à l’humanité toute entière. Plus actuel, Derrière nos écrans de fumée, de Jeff Orlowski, où des anciens de Google, Pinterest, Facebook, racontent la dégénérescence de leur métier, et comment l’objectif premier de monétiser les réseaux sociaux a détraqué de manière exponentielle la machine… et bousille nos cerveaux.

Un roman / un essai ?

Rien ne s’oppose à la nuit, de Delphine de Vigan et le recueil de nouvelles Cher époux de Joyce Carol Oates. Deux romancières prodigieuses qui creusent le thème de la famille et de ses enfermements.

Une bande dessinée  ? 

Open bar, Fab Caro. Chaque planche me fait rire.

Un photographe ?

Lise Sarfati. Tous ses portraits de femmes « au regard errant », les enfants aussi, devenus adultes trop tôt… On est happé par un travail invisible au premier coup d’œil, puis on s’attarde et on découvre l’ampleur des compositions. 

Un spectacle ?

Mon cœur, de Pauline Bureau. Pauline Bureau en général, pour son sens de la scénographie, de la direction d’acteur, et naturellement, sa capacité à donner une visibilité aux femmes qui écrivent et mettent en scène, encore repoussées au second plan dans le spectacle vivant, notamment les institutions publiques (CDN et Scènes nationales).

Une recette de cuisine / un plat préféré ? 

N’importe quoi qui ressemble plus ou moins à un légume, coupé et posé sur une plaque, huile d’olive, gros sel et on enfourne jusqu’à ce que ça grille. Depuis des années, je sauve ma face de mère de famille avec ce procédé. Je suis médiocre en cuisine mais j’aime les bonnes choses pas trop transformées.

Une activité sportive ? 

Pilates, avec Julie Chi (à Montreuil) : https://www.juliechi.com/ Ça vous pétrit les muscles de l’intérieur.

Une citation ?

 « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » d’Étienne de La Boétie.

Une maxime dans la vie ?

Le sens du partage et de la tolérance sont pour la majorité des humains contre-nature, donc ils s’éduquent, voire s’imposent. Ayant été impliquée dans deux crèches associatives, j’ai pu renouveler cette observation : les enfants ne naissent pas généreux, ils le deviennent !

Votre actualité au sortir de ce nouveau confinement ?

Je développe actuellement une série avec les réalisateurs Farid Bentoumi et Arno Salters. Et ces 13 et 14 novembre, nous devions, avec la Compagnie dans l’arbre, lancer notre création Like me, un spectacle immersif en piscine dont j’ai écrit le texte. C’est un projet très excitant, où le public (avec casques) suivra un faux champion d’apnée, interprété par Simon Dusart. On revient dès que possible.

Merci Léonore !

Publié par

Journaliste de formation et amoureux de Paris, J’ai écrit pour différentes publications à gros tirage (Questions de femmes, Le Républicain Lorrain, Carrefour savoirs, Aux petits oignons…) et pour des sites culturels (Evene.fr, Grand-Ecart.fr…). Pour Fille de Paname, je rédige articles et interviews essentiellement dirigés vers la culture. julien@filledepaname.com

Un commentaire sur « Les coups de coeur de l’autrice Léonore Confino »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s